Les Tillandsias



Les Tillandsias, ou filles de l'air, sont des plantes atypiques poussant pour beaucoup d'entres-elles solidement agrippées dans les branches des arbres.
Genre le plus important de la famille des Broméliacées, il compte environ 560 espèces et de nombreuses sont encore à décrire.
On croise de plus en plus fréquemment des Tillandsias en jardinerie ou chez certains fleuristes comme T. cyanea et T.usnoides (la barbe de vieillard).
Avec les quelques précautions énoncées ci-dessous, certaines espèces de Tillandsia se développeront harmonieusement et apporteront une touche de couleur aux terrariums en fleurissant.

A. Morphologie



La morphologie des Tillandsias est très variable, des minuscules T.bryoides et T.mollis (quelques centimètres de longueur) aux géants T.australis et T.grandis (qui atteignent sans problème les deux mètres en tige).
La forme générale peut être celle des Broméliacées classiques, c'est à dire une rosette de feuilles acaules ou longiligne et ramifiée à l'image de T.usnoides.

La plupart du temps la tige est très courte et cachée par les gaines des feuilles (T.ionantha), d'autres comme T.duratii ou dans une moindre mesure T.albida ont une tige apparente à la base de la plante laissée nue par la chute des plus vieilles feuilles.

T. duratii

Les grosses espèces (situées généralement aux premiers embranchements des branches des grands arbres pour les plus grosses) forment de grandes rosettes de feuilles très larges, plates et s'imbriquant sur la moitié de leur longueur dans les autres feuilles

T. xerographica en fin de floraison

Les espèces épiphytes présentent, elles, des feuilles souvent plus fines de section plus ou moins circulaires qui peuvent aussi avoir une fonction d'ancrage ou de limiter les pertes en eau.
Ces mêmes espèces ont très souvent développé des écailles sur leurs feuilles. Ces écailles sont des groupements de cellules selon un schéma fixe : Un rond central de quatre cellules en croix, entouré de huit autres cellules puis seize et enfin les soixante-quatre dernières cellules plus allongées qui forment l'aile.

L'ensemble de ces écailles s'appelle le trichome. Il est plus particulièrement présent sur les espèces de Tillandsia xérophytes ou semi-xérophytes. C'est une adaptation à la forte luminosité (Il réfléchit une partie des rayons solaires, "refroidissant" ainsi la plante) et aux ressources hydriques limitées (Il évite une partie de l'évapotranspiration).

Détail du trichome chez T. usnoides

Le système racinaire est quant à lui réduit à sa plus simple expression (Il est d'ailleurs absent sur beaucoup de plantes en culture) et sert généralement à la fixation de la plante sur son support.

B. Ecologie des Tillandsias



L'aire de répartition des Tillandsias s'étale sur la majeure partie de celle des Broméliacées, c'est à dire l'Amérique centrale, et une grande partie de l'Amérique du sud. Le plus grand nombre d'espèces se trouvant dans la zone inter-tropicale.
La grande variété des climats présents dans cette zone montre à quel point les broméliacées et donc les Tillandsias sont des plantes qui ont su s'adapter autant au rigueur des déserts mexicains qu'au forêt de nuage des massifs andins.

La plupart des espèces de Tillandsia sont épiphytes, elles se développent directement sur les branches des arbres. La raison à cela est très simple, perchée sur les plus hautes branches, la plante reçoit une lumière bien plus importante que si elle était au sol, elle reçoit aussi plus d'eau lors des pluies ou des rosées et l'air est constamment en mouvement.
Ces plantes ne sont pas en symbiose avec leur support, ce dernier ne recevant rien des Tillandsias, et elles ne sont pas parasites, vu que le support n'est pas gêné de la présence de l'épiphyte.

On distingue généralement quatre niveaux dans la répartition verticale des plantes, le premier est celui du sol là où poussent des espèces ayant d'important besoin en humidité, mais étant adaptés à une ventilation et une luminosité très faible, les Tillandsias sont généralement absents de ce niveau.
Le deuxième niveau est celui des troncs des plantes et des premières grosses branches de 0 à environ 6 voir 7 mètres du sol, là se développent des plantes qui ont déjà des besoins en eau plus faibles. La lumière y est un peu plus forte. A ce niveau, on trouve les premières espèces de Tillandsia, des plantes à grandes rosettes capables de garder l'eau.
Dans le troisième niveau, situé entre 8 et 15 mètres, la lumière est encore plus importante, l'humidité est elle plus faible et les plantes sont soumises à un courant d'air constant. C'est pourtant à ce niveau, celui des branches, que l'on trouve le plus grand nombre d'espèces de plantes épiphytes.
Au quatrième niveau, les plantes sont quasiment dégagées du feuillage de l'arbre donc exposé directement au soleil, l'humidité est relativement faible et la ventilation maximale.

Au niveau des températures, on trouve aussi bien des Tillandsias dans des zones montagneuses aux gelées nocturnes que dans des brousses sèches où la pluie est absente huit mois de l'année (cependant, la rosée couvre les besoins des plantes en eau) en passant par des forêts tropicales de plaines dont les températures moyennes sont de 23-25°C.

C. La culture des Tillandsias en terrarium



Il sera question ici de la culture de Tillandsia dans un terrarium. Ce dernier offrant une variété de conditions (zone proche du sol humide, plutôt sèche près des lampes), on verra que la place de la plante dans le terrarium est importante. De plus, certaines espèces sont particulièrement robustes comme T. ionantha.

Une fois le terrarium aménagé, la place de la plante dépend de son espèce, et quelques questions pourront nous aider à l'installer judicieusement.

1. L'installation de la plante



Si comme T. cyanea, la plante a des feuilles disposées de telle sorte qu'elles forment une rosette, si, les feuilles sont d'un vert uni sans écailles alors la plante se doit d'être dans la partie basse du terrarium (mais pas au sol), sans oublier qu'elle devra recevoir suffisamment de lumière.
Une plante qui ne reçoit pas assez de lumière va produire des feuilles d'un vert très clair et anormalement longues, au contraire, si elle en reçoit trop, les feuilles brûleront rapidement.
De telle plante devrait aussi avoir leurs racines protégées d'une sécheresse prolongée. Pour cela, rien de plus simple vous pouvez soit les laisser dans leur pot, c'est la solution la plus pratique, et pour cacher le pot, emballer le avec de la fibre de coco. Sinon vous pouvez toujours vous confectionner un pot avec de la fibre de coco, délicatement sortir la plante de son conteneur en plastique et la transférer dedans avec un mélange de sphaigne et de tourbe blonde au niveau des racines.

Si à l'inverse votre plante est une espèce qui a des feuilles couvertes d'écailles (aspect duveteux) et qui ne forment pas de "coupe" lui permettant de retenir l'eau, c'est qu'elle est adaptée à des périodes de sécheresse relativement longue (selon les espèces) et appréciera un maximum de lumière.
Ces plantes n'ont généralement pas de substrat quand elles vous sont vendues et cela leur convient très bien, installez la dans la partie haute du terrarium, sur les branchages, avec du raphia ou mieux des morceaux des collants que madame ne voudra plus mettre (le raphia a tendance à se dégrader rapidement, et les collants que madame voulait encore mettre sont généralement un mauvais choix).
La solution est aussi de les fixer directement à une plaque de liège et accrocher la plaque de liège sur les parois du terrarium.
On lit quelquefois que un point de silicone à aquarium permet de fixer les Tillandsias sur n'importe quel support, me méfiant de ce genre de bricolage, je ne l'ai jamais fait et je ne vous le conseille donc pas.

Ces dernières espèces, comme T. ionantha, T. usnoides, T.crocata (etc.) ne se plairont que dans des terrariums où règne une relative sécheresse comme ceux des pardalis. En terrarium plus humide, elles pourraient rapidement pourrir par excès d'eau.

2. L'Eau



Maintenant que la plante est installée et qu'elle reçoit la bonne dose de lumière, qu'en est-il des arrosages ?
Et bien c'est très simple, la vaporisation du terrarium le matin permettra aussi de bien arroser les plantes, il n'y a pas de quantité d'eau particulière, les plantes de la partie haute devraient sécher rapidement (pas plus de trois heures normalement).
Pour la vaporisation de fin de journée, éviter toutefois de mouiller les Tillandsias, ce ne sont pas des plantes qui apprécient être mouillé la nuit, et à plus forte raison quand la température baisse.

3. Engrais ?



Les Tillandsias sont des plantes qui n'ont pas naturellement de grandes ressources en matières organiques, elles captent ce qu'elles ont besoin avec le peu de déchets végétaux (feuilles mortes) et déchets animaux (insectes morts, fientes) qui leur parvient.
L'ajout d'engrais chimique est à bannir d'un terrarium contenant aussi un caméléon. L'éventuelle solution est l'utilisation de composts organiques, utilisé et approuvé par de nombreuses personnes cultivant des orchidées.
Ne m'y étant pas suffisamment intéressé, je ne peux que vous redirigé vers des forums orchidophiles. Néanmoins il y a sûrement quelque chose à faire avec les déchets des caméléons.
J'ai aussi des plantes adultes que je cultive depuis plus de trois ans sans une seule goutte d'engrais, elles sont dehors la partie de l'année où l'on ne craint pas de gel, sans autres soins que des check-up réguliers et elles poussent relativement bien.

4. Problèmes ?



Les Tillandsias étant des plantes adaptées à une certaine sécheresse, elles sont dès lors logiquement sensibles à un excès d'eau. C'est la raison principale de la mort des plantes en terrarium. Il faut donc attention à ce que la plante puisse sécher rapidement et ne reste pas humide lors de la baisse de température nocturne.
Si c'est le cas, la plante ne respire plus, la pourriture (Botrytis) s'installe rapidement et la plante est condamnée à court terme faisant tomber l'ensemble des feuilles en quelques jours. On peut éventuellement tenter un traitement à l'Aliette E.V., c'est un fongicide (normalement pour les conifères) utilisé encore une fois avec succès sur des plantes comme les orchidées.

A l'inverse, si le bout des feuilles sèche, c'est qu'elle trop proche des lampes et qu'elle ne reçoit pas assez d'humidité.
Ce cas n'est cependant pas fréquent étant donnée la fréquence de vaporisation élevée même chez les terrariums "secs" comme ceux des pardalis ou des calyptratus.

Il faudra aussi vérifier les plantes avant de les faire rentrer dans le terrarium (cette précaution est d'ailleurs à appliquer à toute plante). Les Tillandsias nouvellement achetés peuvent en effet être porteur de parasites et à plus forte raison de cochenilles. Mieux vaut mettre une plante de côté en la traitant correctement quitte à l'installer quelques mois après que d'avoir à changer l'ensemble de la végétation du terrarium parce que les cochenilles ont apprécié le séjour.

5. Croissance, floraison et fructification



Avec de bons soins et de la patience, les Tillandsias pousseront et fleuriront plutôt facilement dans le terrarium. En tout cas, bien plus facilement que certaines orchidées.
Selon les espèces de Tillandsias, la plante sera monocarpique, c'est à dire que suite à la floraison, la plante mère produit des rejets et meurent comme la plupart des broméliacées ou pas, dans ce cas, la plante produit quand même des rejets mais l'axe principal ne meure pas.
Les deux photos ci-dessous montrent l'évolution d'un T. dorotheae sur une année complète :

T. dorotheae année 1
T. dorotheae année 2

L'inflorescence des tillandsias peut-être de plusieurs types, des fleurs sessiles
(sans pétioles) chez T. ionantha aux bractées colorées de T.cyanea.

T. cyanea
T. ionantha
T. argentea

La durée de floraison dépendra de l'espèce, les espèces à bractées florales fleurissant généralement plus longtemps que les espèces à fleurs sessiles.
Concernant les couleurs des fleurs, elles sont quasiment toutes représentées, bleue, jaune, rouge, brune, violette, rose et sont souvent rehaussées par les couleurs de la tige florale ou des bractées.
Pour ne pas raccourcir la durée de floraison, il faut éviter de vaporiser directement sur les fleurs.

Après la floraison, il est possible que les fleurs s'auto fécondent (sur certaines espèces) et donnent donc des fruits qui contiennent un nombre généralement important de graines très légères.

Fruits de T. caliginosa

Ces graines portent une excroissance plumeuse ce qui leur permet d'être facilement dispersées par le vent et ainsi pouvoir germer à une grande distance de la plante mère.

Pour récolter les graines, il faut attendre que le premier fruit commence à s'ouvrir, en extraire délicatement les graines, ouvrir les autres fruits avec un cutter stérilisé à la flamme pour en extraire aussi les graines. Ensuite, la meilleur solution est de les faire germer entre deux morceaux de moustiquaire (les graines seront prises en sandwich et ne partiront pas quand vous vaporiserez), le déposer au-dessus d'un récipient (pas nécessairement profond) couvert de sphaigne qui sera maintenu humide par de fréquentes vaporisations.

T. bryoides sur sphaigne

Une bonne solution est de mettre une buse de vaporisateur automatique au-dessus du montage et de l'exposé à la lumière d'une lampe d'un terrarium (pas trop proche la lampe) pour offrir des conditions optimales au plantes.
Tant que les plantes ne sont pas installées dans le terrarium, et qu'elles ne sont pas à une taille suffisante, il faudra leur apporter un minimum de nutriments par vaporisation d'eau additionnée d'un peu d'engrais à orchidées (il est important de sous-dosé par rapport aux valeurs données ; 1/3 est une bonne valeur).
On peut aussi faire germer les graines sur un milieu nutritif préparé, comme celui des orchidées, pour plus d'informations je vous invite à visiter ce site (en anglais) : 'http://fcbs.org/articles/slack.htm'

6. Les espèces les plus adaptées à une installation en terrarium



- Tillandsia ionantha : Une petite plante d'Amérique centrale vivant en terrestre ou épiphyte en forêts humides mais aussi en régions sèches pour des altitudes allant de 450 à 1700 mètres d'altitude. Son adaptabilité explique sa grande facilité de culture, et sa robustesse incroyable. La plante forme rapidement des boules grâce aux nombreux rejets qu'elle produit.
A la floraison, les dernières feuilles de la plante se colorent en rouge vif contrastant avec le violet des pétales. (photo de T. ionantha var vanhinghy)

T. ionantha var. vanhyningi

- Tillandsia cyanea : Cette épiphyte originaire des forêts humides de l'Equateur se plait dans un climat humide et pas trop lumineux. Dans ces conditions, la plante se développe bien et fleurit facilement. C'est un des Tillandsias les plus faciles à trouver en jardinerie.

T. cyanea

- Tillandsia bulbosa : Un Tillandsia bulbeux tout à fait étrange, mais non moins ravissant, qui se plait lui aussi en milieu humide et pas trop exposé. Il est plus sage de disposer la plante tête en bas pour éviter tout risque de pourriture.

- Tillandsia albertiana : Cette petite espèce aux fleurs rouges, à la floraison peu abondante, demande quant à elle moins d'humidité et beaucoup plus de lumière. En Argentine, la plante est lithophyte, c'est à dire qu'elle pousse sur les rochers.

T. albertiana

- Tillandsia butzii : Petit Tillandsia bulbeux formant rapidement une touffe importante sera préférablement installer au milieu du terrarium en situation ombragée et humide. Etant une plante de montagne (1300-2300 mètres), elle peut aussi convenir dans des terrariums plus frais comme ceux des Trioceros.

T. butzii

- Tillandsia usnoides : La fameuse "barbe de vieillard", assez facile à trouver désormais en jardinerie, se plaira en dessous des buses de vaporisation. En effet, cette espèce se trouve dans quasiment tous les milieux humides de la zone de répartition des Tillandsias. Néanmoins, il convient cependant de faire attention à ce que la plante soit aérer (pas en touffe compact) pour que le centre puisse respirer et sécher entre deux arrosages. A noter que cette plante peut aussi bien se trouver en terrarium "froid" vu qu'elle supporte aisément des températures très fraîches.

T. usnoides

En conclusion, les Tillandsias permettent d'amener de la verdure et de la couleur dans la partie supérieur du terrarium. Avec le respect de quelques principes de bases, ces plantes deviendront peut-être l'attraction principale du terrarium après le caméléon (ok disons juste pendant la floraison ?).
Bien sûr il existe bien d'autres espèces qui se plairont en terrarium et je laisse donc les plus aventureux d'entre vous tenter leurs propres expériences.

Pour acheter des Tillandsias, les solutions sont multiples, étant en grande majorité des plantes dans pots et sans système racinaire très fragile, les envois restent une très bonne solution, bien sûr en période où les gels ne sont pas à craindre. Voici une petite liste où vous pourrez vous procurez des tillandsias (je n'ai pas d'actions dans les différentes entreprises que je cite, et si vous connaissez d'autres producteurs/distributeurs n'hésitez pas à me faire parvenir les adresses pour qu'on puisse compléter cette liste).

- Marcel Lecoufle, à la base producteur d'orchidée, ils proposent de plus en plus de Tillandsia, ils font des envois, pour les contacter : 01-45-69-12-79 et pour aller leurs rendre visite, les serres se trouvent 5 rue de Paris - 94470 Boissy-St-Léger.

- La Maison de l'Orchidée, ils proposent aussi un choix de Tillandsia adultes et juvéniles, il y a deux boutiques à Paris, mais celle où vous trouverez le plus de choix est sur l'île de la Cité, au marché aux fleurs, métro Cité. A savoir que de plus en plus de vendeurs proposent aussi des Tillandsias ce qui a le bon effet de faire baisser les prix.

- Ryanne Orchidée, 10 rue de la chaussée 59570 Bavay ryanne.orchidee@wanadoo.fr ou sur leur site web : http://www.orchideeryanne.com/

- Enfin un site qui ne propose que des envois, mais apparemment un grand choix : http://www.tropicflore.com/

- Il existe de nombreux très bons cultivateurs aux Etats-Unis, qui font des envois impeccables comme Bird Rock Tropicals, Tillandsia International et Tropiflora.

Voilà, si l'article vous a plu et que la culture de ces plantes vous intéresse, je vous conseille la lecture du livre qui m'a servi de principale source, "les Tillandsia et les Racinea" de Albert Roguenant aux éditions Belin. C'est la mine d'informations concernant les Tillandsias en français et indispensable si on désire s'intéresser de près à ces plantes. Pour les personnes désirant aborder le sujet moins dans le détail, "Tillandsias et autres broméliacées" de Daniel Lévêque et Stephan Cuzenic aux éditions Ulmer peut-être une bonne introduction. A citer aussi l'excellent livre en anglais de Paul Isley sobrement intitulé "Tillandsias" édité chez Botanical Press.

Bonne lecture et surtout bonne culture à tous ;-).

Cet article a été rédigé par Mahafaly le 19/05/2007.